Comment améliorer sa future retraite ?

14 octobre 2016

Plusieurs solutions existent pour anticiper la baisse de ses revenus après avoir quitté la vie professionnelle. Au-delà de l’optimisation de ses pensions de base et complémentaires, réaliser en amont des placements immobiliers et financiers apparaît judicieux.

Pour profiter au mieux de sa retraite, mieux vaut anticiper. Une fois tournée la page de la vie active, les revenus peuvent subir une baisse de 30% à 50%. Mais plusieurs possibilités s’offrent aux particuliers pour préparer financièrement leurs vieux jours et maintenir peu ou prou leur niveau de vie.

Bénéficier d’une retraite complète

Pour commencer, il faut s’assurer de pouvoir bénéficier de retraites obligatoires à taux plein, c’est-à-dire sans décote. Pour cela, il faut justifier du nombre de trimestres de cotisation requis pour percevoir une pension de base complète. Ce nombre varie en fonction de la date de naissance de l’assuré. Un relevé individuel de situation (RIS) peut être obtenu auprès de sa caisse de retraite pour connaître le nombre de trimestres déjà acquis durant sa carrière.

Pour atteindre la durée d’assurance demandée, il est possible, sous certaines conditions, de racheter jusqu’à 12 trimestres. S’ils sont coûteux, ces rachats sont entièrement déductibles des revenus à déclarer au fisc. Autre possibilité : travailler jusqu’à l’âge de retraite à taux plein. A compter de cet âge, progressivement porté à 67 ans, la décote est supprimée.

D’une manière générale, cotiser plus longtemps peut constituer une bonne affaire. Chaque trimestre cotisé au-delà de la durée d’assurance exigée permet, grâce au système de « surcote », de majorer le montant de la retraite de base de 1,25%. C’est aussi un moyen d’acquérir des points supplémentaires pour gonfler sa pension complémentaire.

Investir dans l’immobilier

Pour éviter de voir son budget grevé par des loyers, il est également conseillé de devenir propriétaire de sa résidence principale avant de partir à la retraite. Acheter son logement au plus tard à 40 ans doit permettre de ne plus avoir à supporter des mensualités de remboursement d’un crédit immobilier une fois retraité, les emprunts courant généralement sur 20 ans.

Outre la résidence principale, il peut être judicieux d’acquérir un autre bien immobilier dans l’optique de réaliser un investissement locatif. Les loyers perçus servent à rembourser les mensualités de crédit dans un premier temps, puis constituent un complément de revenus une fois à la retraite. Pour ce type d’opération, attention à bien acheter dans une zone à forte demande locative afin d’éviter toute vacance du logement.

Assurance vie et épargne retraite

Réaliser un placement financier peut aussi être un bon moyen pour bénéficier de revenus supplémentaires. L’assurance vie apparaît particulièrement bien adaptée pour préparer sa retraite. Les sommes placées dans le fonds euros sont garanties et les intérêts générés chaque année par son contrat sont définitivement acquis. Ce produit n’est pas plafonné et il est possible de détenir autant d’assurances vie que l’on souhaite.

Il est conseillé de souscrire à ce placement une dizaine d’années avant son départ à la retraite, pour bénéficier d’une fiscalité avantageuse : passé huit de détention du contrat, les gains obtenus sont exonérés d’impôts dans la limite de 4.600 euros par an pour une personne seule et 9.200 euros pour un couple déclarant ses revenus en commun. L’épargne placée peut être récupérée sous la forme de rachats programmés une fois à la retraite. Pour être assuré de percevoir de revenus complémentaires jusqu’à la fin de sa vie, il est également possible de choisir une sortie en rentes viagères de son assurance vie, une option généralement payante.

Enfin, il existe des produits d’épargne dédiés à la préparation de la retraite, comme le plan d’épargne retraite (Perp) ou le contrat de retraite Madelin réservé aux travailleurs indépendants et aux professions libérales. Non plafonnés, ils permettent le versement de rentes à compter du départ de la vie active. Si l’épargne placée est bloquée jusqu’à la retraite, ces produits présentent l’avantage de permettre de déduire des revenus imposables les cotisations versées (dans la limite de plus 30.000 euros pour le Perp et de plus de 70.000 euros pour le Madelin). Et le montant de la déduction n’est pas comptabilisé dans les niches fiscales, plafonnées à 10.000 euros par an.

« Cet article a été rédigé par ToutSurMesFinances.com dans le cadre d’un programme d’information à destination des utilisateurs de LaFinbox. »

Téléchargez LaFinBox pour Android, disponible sur le Google Play Store.

Téléchargez LaFinBox pour iPhone/iPad, disponible sur l'App Store.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :