Améliorer ses retraites obligatoires

21 avril 2017

Pour s’assurer de toucher une pension acceptable à la retraite, les actifs doivent veiller à disposer de tous leurs trimestres de cotisation. Ils peuvent même décider de travailler plus longtemps en vue de bénéficier d’un bonus. 

Les Français s’inquiètent du montant de leurs futures retraites. Et ils ont raison : pour résorber leur déficit, les régimes de retraites complémentaires ne cessent de baisser le rendement de leurs cotisations. Or, les pensions complémentaires représentent en moyenne 30% de la retraite totale d’un salarié et 60% de celle d’un cadre. Actuellement situé autour de 75%, le taux de remplacement, c’est-à-dire la différence entre la pension et le dernier salaire perçu, devrait tomber à 70% pour les non-cadres et même à 50% pour les cadres.

Pour autant, il existe des moyens d’améliorer ses retraites obligatoires. Premier impératif : justifier de la durée d’assurance exigée. En fonction de son année de naissance, un nombre de trimestres de cotisation vieillesse est requis pour percevoir une pension de base sans abattement. Ainsi, les actifs nés en 1955 doivent avoir cotisé au moins 166 trimestres (41,5 ans) pour toucher une retraite de base complète. La durée d’assurance va être progressivement allongée pour atteindre 172 trimestres (43 ans) pour les assurés nés à compter de 1973. En outre, avant 67 ans, si un salarié ne dispose pas de tous ses trimestres à la retraite de base, il subit une minoration sur sa retraite complémentaire Arrco et, s’il a le statut cadre, Agirc.

Racheter des trimestres

Si l’actif ne souhaite pas ou ne peut pas travailler plus longtemps pour atteindre sa durée d’assurance, il a la possibilité de racheter les trimestres de cotisation. Il peut ainsi acquérir jusqu’à 12 trimestres (3 ans), tous régimes confondus. En réalité, l’assuré a tout intérêt à procéder à des rachats sur la retraite de base, ce qui réduira, voire annulera automatiquement sa minoration sur la retraite complémentaire.

La loi Fillon de 2003 a instauré deux types de rachats dans le secteur privé : ceux au titre des années d’études et ceux au titre des années incomplètes de cotisation. Les premiers concernent les années d’enseignement supérieur validées par un diplôme reconnu par l’Etat. Les classes préparatoires aux concours d’entrée aux grandes écoles (écoles d’ingénieurs, écoles de commerce, Sciences Po, ENA, écoles normales supérieures, Beaux-Arts…) sont prises en compte même si elles ne sont pas diplômantes. Les rachats pour années incomplètes concernent les périodes où l’assuré n’a pas pu cotiser quatre trimestre dans l’année parce qu’il travaillait à temps partiel, en CDD ou en intérim.

Travailler plus longtemps

Plus le rachat est effectué près de l’âge minimum de départ à la retraite (62 ans) et plus le prix du trimestre est élevé. Pour autant, il est préférable d’attendre le dernier moment afin de déterminer le nombre de trimestres à racheter et vérifier si l’opération vaut le coup ou non. Si les rachats sont onéreux (le prix du trimestre peut dépasser, dans certains cas, 6.000 euros), il faut savoir que leur montant est entièrement déductible des revenus à déclarer au fisc.

Mais pour gonfler sa retraite, le mieux est encore de travailler au-delà de la durée d’assurance. Les actifs âgés d’au moins 62 ans et qui disposent de tous leurs trimestres bénéficient d’une surcote. Leur pension de base est majorée de 1,25% par trimestre civil travaillé en plus. Ce bonus est d’autant plus intéressant qu’il n’est pas plafonné (contrairement à la décote limitée à 25%) et qu’il est viager (servi jusqu’au décès). S’il n’existe pas de majoration dans les retraites complémentaires, l’assuré cotise des points supplémentaires Arrco et éventuellement Agirc qui viendront améliorer ses futures pensions complémentaires.

« Cet article a été rédigé par ToutSurMesFinances.com dans le cadre d’un programme d’information à destination des utilisateurs de LaFinBox. »

Téléchargez LaFinBox pour Android, disponible sur le Google Play Store.

Téléchargez LaFinBox pour iPhone/iPad, disponible sur l'App Store.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :