Découvrez la Station F

2 novembre 2017

Le 29 juin dernier a été inauguré à Paris le plus grand incubateur de start-up au monde ! Quels moyens et quelles espérances pour le nouveau coeur de l’écosystème entreprenarial parisien ?  

Le projet en quelques mots

  Dans le secteur de l'innovation, les incubateurs sont des structures intervenant dans la création d'entreprises. Des professionnels et des experts accompagnent de futurs entrepreneurs dans la concrétisation de leur projet, particulièrement dans le secteur du digital. Les locaux de la station F ont été ouverts dans d’anciens locaux de la SNCF, près de la bibliothèque nationale, dans le 13e arrondissement. On doit ce projet de rénovation urbaine à Xavier Niel, fondateur d’Iliad (Free). Il couvre 34 000 mètres carrés et accueille des entrepreneurs de 21 pays. Le projet a pour ambition de positionner la capitale en challenger de Londres et Berlin en terme d’attractivité pour les start-up. Pour cela, tout a été mis en oeuvre pour stimuler l’innovation.

Un panel extrêmement varié d’entreprises tutrices.

  Des géants du web comme Facebook , Microsoft ou Ventes Privées ont répondu à l’appel pour tutorer les jeunes pousses. Chacune de ces grandes entreprises propose des programmes d’accompagnement originaux. Facebook, par exemple, a conçu un programme de 6 mois qui s’adresse à n’importe quelle entreprise de la Station, à condition qu’elle soit dans le secteur de la data, et accompagne ces dernières dans des domaines aussi variés que le design, l’expérience utilisateur ou le prototypage. Des figures de la green tech, de l’économie et d’autres secteurs ont aussi une offre spécifique : Microsoft se concentre sur la thématique de l’intelligence artificielle; Thales est présent sur les sujets de la cybersécurité; alors que l'Institut du cerveau et de la moëlle épinière (ICM)  se focalise sur la santé.

Le succès des expériences similaires menées à l’étranger

  L’Oréal a rejoint l’aventure, grisée par le succès d’expériences à l’étranger, comme la Founders Factory à Londres ou le Tech incubateur de la marque à San Francisco. Si l’entreprise a beaucoup investi dans ce type de projets ces dernières années, c’est parce qu’elle a compris le profit qu’elle peut en tirer. En échange de l’expertise qu’elle apporte, elle peut accéder directement et très tôt à un écosystème mondial de start-up prometteuses et de technologies de pointe. Par ailleurs, cet accès privilégié lui permet d’investir dans des business modèles innovants. A San Francisco, la marque en quête d’innovation digitale a développé plusieurs inventions radicales dans le domaine de la beauté. Un patch connecté anti-UV a ainsi vu le jour, tout comme une machine fabriquant quasi instantanément du fond de teint personnalisé.   En ce qui concerne l’investissement du mécène Xavier Niel, qui a versé 25O millions d’euros de ses fonds personnels, les ambitions annoncées sont plus désintéressées : “Notre truc à nous, c'est d'aider l'écosystème, aider des jeunes à créer des start-up". Au vu des facilités proposées par la Station F, la réussite devrait être au rendez-vous.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :