Les critères de comparaison des offres de crédit

28 août 2017

En matière de prêt, faire jouer la concurrence peut parfois rapporter gros. Encore faut-il savoir quels sont les critères à comparer pour trouver l’offre la plus intéressante. 

Au moment de souscrire un crédit immobilier ou à la consommation, il y a souvent l’embarras du choix. Les offres sont de plus en plus nombreuses. Pour réussir à les comparer soi-même, plusieurs éléments sont à considérer.

Le taux de référence

Taux nominal, TAEA, TAEG, entre ces différentes appellations, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Le taux annuel effectif global (TAEG), également appelé taux effectif global (TEG), est souvent le premier élément apparaissant dans l’offre d’emprunt. Il permet de savoir combien coutera réellement le crédit car il prend en compte le taux d’intérêt de base auquel sont ajoutés les frais de dossier, les frais de garantie, ainsi que le montant de l’assurance emprunteur dans le cas où celle choisie est celle de l’organisme prêteur. Pour cette raison, le TAEG est le principal outil de comparaison.

La plupart du temps, le taux proposé est fixe, c’est-à-dire qu’il reste le même tout au long du crédit. Certaines offres peuvent comporter un TAEG variable, ce qui signifie qu’il est susceptible d’évoluer à la hausse ou à la baisse. Dans ce cas, il n’est pas possible de savoir, au moment de la souscription quel sera le coût réel du prêt au final.

D’autres taux figurent sur l’offre de crédit. Le taux débiteur fixe, également appelé taux nominal, est souvent présenté après le TAEG. Il s’agit du taux d’intérêt de base du crédit, c’est-à-dire sans prendre en compte tous les frais annexes. Ce qui explique qu’il est moins élevé que le TAEG. Le taux annuel effectif de l’assurance (TAEA), de son côté, met en avant combien coutera l’assurance emprunteur, dans le cas où l’emprunteur en souscrit une. Ces deux informations permettent de savoir quelle sera la part de l’assurance dans le montant total à rembourser. 

Les conditions du crédit

Même si le taux de crédit a son importance, il n’est pas le seul critère à prendre en compte. Il est important de réfléchir en termes de durée de vie du crédit. Pendant toute la période de remboursement rien n’est figé, la situation de l’emprunteur peut évoluer. Mieux vaut donc anticiper une possible rentrée d’argent ou une perte de revenu et vérifier si les mensualités peuvent être revues à la hausse pour diminuer la durée du crédit, s’il est possible de les reporter en cas de difficulté passagère ou encore si un remboursement anticipé de l’emprunt peut être effectué sans frais. 

Il est aussi conseillé de prendre en considération les contreparties que peuvent demander les organismes prêteurs avant d’octroyer le crédit. Ainsi, certains exigent la domiciliation des revenus dans leur établissement, la souscription à leur assurance habitation ou encore l’ouverture d’un livret d’épargne. Enfin, concernant l’assurance emprunteur, il est préconisé de vérifier l’étendue de la garantie et de la comparer avec ses besoins et son mode de vie. Pour les emprunteurs âgés de moins de 40 ans et non-fumeurs, il est souvent plus intéressant de souscrire une assurance individuelle auprès d’un assureur.

« Cet article a été rédigé par Infomedia dans le cadre d’un programme d’information à destination des utilisateurs de LaFinBox. »

Téléchargez LaFinBox pour Android, disponible sur le Google Play Store.

Téléchargez LaFinBox pour iPhone/iPad, disponible sur l'App Store.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :