Les précautions à prendre lorsqu’on fait construire sa maison

25 août 2017

Faire bâtir son propre « home sweet home » peut constituer un rêve ultime pour certains. Pour qu’il ne vire pas au cauchemar, plusieurs points doivent être étudiés avec soins en amont.

Comparé à l’acquisition d’un logement déjà bâti, faire construire sa maison peut paraître plus sûr. Pas de risque de tomber sur un vice de construction des dizaines d’années après. Reste qu’il faut respecter un certain nombre d’étapes.

Etablir le plan de financement

C’est le nerf de la guerre, l’épine dorsale du projet de construction immobilière. Il est essentiel d’établir un plan de financement pour prendre toute la mesure du projet. Il faut alors considérer les différentes dépenses, comme l’achat du terrain, le paiement des travaux, l’intervention des professionnels du bâtiment, les frais éventuels de raccordement aux réseaux divers et enfin, le coût de l’emprunt.

Le choix du terrain constitue aussi une étape cruciale qui représente, le plus souvent le coût le plus important dans un projet de construction de maison. Il est recommandé de prendre rendez-vous avec le notaire et le service d’urbanisme de la ville pour savoir si le terrain est constructible, s’il correspond au projet souhaité notamment au regard des contraintes locales d’urbanisme et connaître sa véritable valeur.

Ne pas oublier les frais de notaire

Lorsqu’on fait construire sa maison, on achète en amont un terrain à bâtir. Il faut alors payer des droits de mutation à titre onéreux (DMTO). Ces droits, plus couramment appelés « frais de notaire », varient selon la nature du bien acheté, la date d’achèvement du chantier et la situation géographique.

A titre d’exemple, si l’on fait construire sa maison et si l’on achète un terrain à bâtir à un particulier, les frais de notaires tournent autour de 7,18% du prix d’achat. Les DMTO étant fixés par la loi, il n’est pas possible de les négocier auprès du notaire.

Bien déposer le permis de construire

Lorsque l’on décide de faire construire sa maison et une fois que le projet de construction est bien défini, il y a une étape incontournable par laquelle chacun doit passer : le dépôt du permis de construire. Cette autorisation donnée par la mairie permet d’entreprendre des travaux de grande envergure.

Il faut remplir deux formulaires différents : le CERFA 13406 et le CERA 13409 qui concernent le projet de construction d’une maison individuelle ou de ses annexes et toute autre construction. Les pièces justificatives varient en fonction du projet.

En règle générale, il faut compter deux mois de délai d’instruction pour un projet de construction de maison individuelle. Si aucune réponse n’a été fournie dans le délai imparti, le projet est tacitement autorisé.

Souscrire à une assurance dommages-ouvrage

Tandis que l’entrepreneur doit avoir souscrit une assurance responsabilité civile professionnelle ainsi qu’une assurance décennale qui garantit la solidité et l’étanchéité des ouvrages réalisés par l’entreprise, il peut être judicieux de souscrire une assurance dommages-ouvrage.

Cette assurance d’être couvert au maximum en cas de dégât de matériel ou encore d’abandon du chantier. Elle entraine un surcout de 2% à 5% de l’ensemble des frais liés aux travaux. L’assurance dommages-ouvrage prend effet à partir du moment où la garantie d’achèvement a expiré.

« Cet article a été rédigé par ToutSurMesFinances.com dans le cadre d’un programme d’information à destination des utilisateurs de LaFinBox. »

Téléchargez LaFinBox pour Android, disponible sur le Google Play Store.

Téléchargez LaFinBox pour iPhone/iPad, disponible sur l'App Store.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :