Mode d’emploi de la déclaration de revenus en 2018 

26 janvier 2017

Le prélèvement à la source entrera en vigueur au 1er janvier 2018. Les revenus seront directement taxés sans décalage d’un an. Il faudra toutefois continuer à les déclarer, notamment pour bénéficier des crédits et des réductions d’impôt.

C’est un grand changement qui s’annonce et qui s’accompagne de nombreuses interrogations. En 2018, il n’y aura plus de décalage d’un an entre les revenus perçus et les impôts versés. Autrement dit, ce seront les revenus de l’année en cours qui seront directement taxés, via le prélèvement à la source dont l’entrée en vigueur est prévue le 1er janvier 2018.

Cette nouvelle méthode de recouvrement de l’impôt sur le revenu (IR), qui sera prélevé chaque mois, doit faciliter la vie des ménages et leur permettre de mieux gérer leur budget. Elle est également censée améliorer le fonctionnement de l’administration fiscale.

L’IR sera récolté directement par le tiers payeur, à savoir par l’employeur sur les salaires des travailleurs du privé, par l’administration sur les traitements des fonctionnaires et par les caisses de retraite sur les pensions des retraités. Les travailleurs non-salariés (artisans, commerçants, entrepreneurs, exploitants agricoles, professions libérales) seront quant à eux soumis à un acompte, versé par le contribuable au fisc via un prélèvement.

2017, une année blanche

La retenue à la source de l’impôt ne modifiera en rien l’assiette des revenus pris en compte. Le même barème progressif de l’IR continuera à s’appliquer. Il faudra également toujours procéder à la déclaration de ses revenus au printemps.

Dans la mesure où les impôts dus en 2018 seront prélevés sur les revenus de cette même année et non pas sur ceux de l’année précédente comme aujourd'hui, qu’en sera-t-il des revenus perçus en 2017 ? Ils ne seront tout simplement pas taxés. D’un point de vue fiscal, 2017 sera donc une « année blanche ». Les contribuables paieront toutefois des impôts cette année, sur leurs revenus 2016, conformément au système en vigueur actuellement.

Les dépenses effectuées en 2017, ouvrant droit à un crédit ou à une réduction d’impôt, comme la garde d’enfants, le don à une association ou l’emploi d’un salarié à domicile, seront bien prises en compte en 2018. A condition néanmoins de les reporter dans la déclaration de ses revenus. En revanche, les cotisations versées en 2017 sur un produit d’épargne retraite, tels un Perp ou un contrat retraite Madelin, ne pourront pas être déduites des revenus à déclarer.

La confidentialité des données en question

L’employeur ou le tiers collecteur appliquera en 2018 un taux de prélèvement déterminé par l’administration fiscale à partir des revenus perçus deux ans plus tôt, c'est-à-dire en 2016, qui seront déclarés en 2017. Il aura donc accès au taux d'imposition sur le revenu de chacun de ses salariés. De quoi soulever des inquiétudes pour la confidentialité des données des contribuables. Si les salariés souhaitent que leur taux d'imposition ne soit pas divulgué à leur employeur, un pourcentage par défaut, proportionnel au salaire, sera appliqué.

A noter que les modalités de mise en place du prélèvement à la source en 2018 peuvent encore évoluer. Elles pourraient même être revues en profondeur si une nouvelle majorité accédait au pouvoir en mai-juin 2017, à l’issue des élections présidentielle et législatives.

« Cet article a été rédigé par ToutSurMesFinances.com dans le cadre d’un programme d’information à destination des utilisateurs de LaFinbox. »

Téléchargez LaFinBox pour Android, disponible sur le Google Play Store.

Téléchargez LaFinBox pour iPhone/iPad, disponible sur l'App Store.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :