Pensez à la retraite progressive

24 mai 2018

A partir de 60 ans, les actifs ont la possibilité de travailler à temps partiel tout en percevant une fraction de leur pension de vieillesse. De quoi préparer en douceur le départ à la retraite.

Longtemps méconnue, la retraite progressive commence à rencontrer un certain succès. Alors que le nombre de bénéficiaires a doublé entre 2014 et 2015, il a encore progressé de 120% en 2016 pour atteindre près de 11.500 personnes, selon les données du ministère des Solidarités et de la Santé publiées le 16 mai 2018.

Certes, il s’agit d’une goutte d’eau comparée aux 16,1 millions de retraités français. Il n’empêche, la retraite progressive qui a longtemps stagné autour des 2.000 bénéficiaires connaît un réel engouement. Le dispositif instauré depuis 2004 a, il est vrai, de quoi séduire puisqu’il permet de travailler à temps partiel tout en touchant une partie de sa pension de vieillesse.

Plusieurs critères à remplir

Toutefois, tous les actifs n’ont pas droit à ce « sas » entre la vie professionnelle et la retraite. Tout d’abord, le dispositif est accessible aux salariés, aux salariés agricoles, aux artisans, aux commerçants, aux chefs d’entreprise et aux exploitants agricoles, mais pas aux fonctionnaires, aux professions libérales (médecins, avocats, architectes, notaires, experts-comptables…) et aux cadres au « forfait jour » (dont le temps de travail est annualisé). En outre, le bénéficiaire doit avoir cotisé au moins 150 trimestres (soit 37,5 ans) et être âgé d’au moins 60 ans.

Auparavant, l’âge d’accès était de 62 ans. C’est l’abaissement à 60 ans, mis en place depuis le 1er janvier 2015, qui explique en grande partie le décollage de la retraite progressive. Le dispositif a encore été assoupli puisqu’il est accessible, depuis le 1er janvier 2018, aux salariés disposant de plusieurs employeurs.

Pension au prorata du temps travaillé

Pour en bénéficier, il faut travailler l’équivalent au minimum de 40% et au maximum de 80% d’un temps complet. Un salarié, déjà à temps partiel, peut accéder à la retraite progressive. Mieux : il n’a pas besoin de l’accord de son employeur contrairement aux salariés à temps complet dont le passage à temps partiel implique un avenant à leur contrat de travail.

Le montant de la pension versée est fixé en fonction du temps de travail. A titre d’exemple, si le bénéficiaire travaille 60% d’un temps plein, il percevra 40% de sa retraite. Cette dernière est calculée sur la base des droits acquis au moment de la demande de retraite progressive auprès de la caisse de retraite. Au moment du départ de la vie active, la pension sera servie à 100% et recalculée en prenant en compte les droits supplémentaires acquis durant le temps partiel.

  « Cet article a été rédigé par Infomedia dans le cadre d’un programme d’information à destination des utilisateurs de LaFinBox. »

Téléchargez LaFinBox pour Android, disponible sur le Google Play Store.

Téléchargez LaFinBox pour iPhone/iPad, disponible sur l'App Store.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :