Comment réduire ses frais de syndics ?

8 août 2018

Le coût des charges de copropriété peut souvent être élevé. Parmi elles figurent les frais de syndics. Voici quelques astuces pour les réduire.

Les frais de syndic, soit la somme versée pour rémunérer le conseil syndical s’occupant de la gestion de sa copropriété, représentent en moyenne 10% des charges payées par les copropriétaires. Cette somme permet notamment de financer le suivi du budget ou encore l’organisation des assemblées générales (AG). Pour savoir à combien elle s’élève, il est nécessaire de consulter le contrat type de syndic, obligatoire depuis 2015.

Il est tout à fait possible de dire à son syndic que l’on conteste certains tarifs et lui rappeler qu’il peut être mis en concurrence tous les trois ans. Il est préconisé de demander des devis à d’autres syndics et de les lui présenter pour argumenter ses propos. Cela l’incitera peut-être à réviser certains montants à la baisse. Attention, toutefois, le prix n’est pas le seul élément à prendre en considération. Il faut le mettre en parallèle avec la qualité des services proposés.

Les points de négociation

Certains frais sont plus faciles que d’autres à négocier. Il faut en distinguer deux types : ceux que l’on appelle le forfait de base qui concernent l’ensemble des copropriétaires et ceux réglés à titre personnel par un des copropriétaires pour des prestations supplémentaires.

Dans la première catégorie, l’une des sommes qui peut faire l’objet de négociations concerne la tenue de l’AG. Dans de nombreux cas, le syndic peut facturer des frais supplémentaires pour dépassement de durée. Quitte à payer plus cher au départ, il peut être intéressant de définir une plage horaire plus longue pour la tenue de l’AG et éviter ainsi les dépassements. Pour baisser la facture, les copropriétaires peuvent aussi refuser certains services comme l’extranet, un site en ligne sécurisé mettant à disposition les documents de la copropriété.

Le choix du bénévolat

Pour les frais individuels, il s’agit souvent d’opérations plus ponctuelles. Ainsi, dans le cadre de la rédaction d’un état daté, document permettant à un copropriétaire vendeur de faire l’état de ses comptes, d’un syndic à l’autre les prix peuvent varier du simple au triple. Il est donc tout à fait envisageable de négocier ce montant. Un décret devait fixer le montant de ces prestations particulières mais pour le moment il n’a pas été publié.

Enfin, la solution qui peut permettre de diminuer drastiquement ses frais de syndic est de passer au syndic bénévole. C’est alors un groupe de copropriétaires qui gère l’immeuble. Si cette situation peut se révéler très avantageuse financièrement, il est nécessaire d’être prudent. Assurer cette gestion de manière bénévole peut prendre beaucoup de temps. Elle est principalement envisageable dans le cas de petites propriétés. Dès qu’il y a un gardien, des espaces verts, des ascenseurs, des compteurs d’eau à relever, il faut bien avoir en tête que la tâche risque d’être fastidieuse.

« Cet article a été rédigé par Infomedia dans le cadre d’un programme d’information à destination des utilisateurs de LaFinBox. »

Téléchargez LaFinBox pour Android, disponible sur le Google Play Store.

Téléchargez LaFinBox pour iPhone/iPad, disponible sur l'App Store.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux :